Eco-construire

Enjeux

Architecture écologique, architecture durable, éco-construction, démarche Haute Qualité Environnementale®, labels Maison Passive® ou LEED® ? Tous ces termes de plus en plus connus regroupent une démarche unique : tenter de limiter l’impact de nos bâtiments sur l’Environnement. Il faut pour cela :

  • moins consommer d’énergie lors de la construction ;
  • moins consommer d’énergie durant l’exploitation ;
  • limiter voire supprimer le recours à des matériaux polluants et non recyclables.

Une source d’inspiration

Vivement Bientôt Architecture choisit l’architecture vernaculaire comme première source d’inspiration pour ses projets. Depuis des siècles, ces constructions locales propres à chaque région ont poursuivi une recherche de confort intérieur, sur la base :

  • des seuls matériaux disponibles à leurs époques : pierre, bois, terre et terre cuite, chaux, fibres végétales essentiellement.
  • selon les contraintes géographiques et météo : chaleur, froid, vents dominants, présence d’eau.
  • selon les usages que devaient abriter simultanément les constructions : habitation, étable, atelier de production, stockage, etc.

Crédits photos : Ph. Girard et G. Lansard

L’architecture du XXème siècle a mis un coup d’arrêt à l’évolution de ces modes de construction. Ce siècle fut celui de :

  • la planification moderne de la construction des villes, mettant en priorité la circulation automobile, la spécialisation des nouveaux quartiers (cités, puis ZAC et ZUP par exemple). Le tout en oubliant totalement les contraintes climatiques.
  • l’avènement des matériaux industrialisés, notamment à base de béton puis de matériaux synthétiques, qui se sont imposés progressivement jusqu’à devenir la normalité : agglomérés de béton, isolants de polystyrène et de laines minérales, fenêtres et volets en PVC, mousses expansives pour joints, colles multi-matériaux et produits techniques ultra-performants. Ces matériaux ont permis des mises en œuvre plus rapides ; ils ont été appuyés par des moyens de diffusion très efficaces dont les grands industriels disposaient : publicités, salons, et même formations gratuites pour les professionnels de la pose.

Ainsi le confort fut recherché plutôt dans la technologie, moins dans le « bon sens des anciens » : par exemple, usage de moyens de chauffage puissants et énergivores à base de produits pétroliers et d’électricité, baies vitrées apportant un grand confort visuel mais au détriment du confort thermique.

Constat d’aujourd’hui

Le XXIème siècle est celui de la prise de conscience des gaspillages de ressources des décennies précédentes. Dans le bâtiment, la grande majorité des matériaux désormais utilisés couramment pose aujourd’hui plusieurs problèmes :

  • ils ne se recyclent pas,
  • et/ou sont polluants, que ce soit pour l’espace intérieur et/ou lors de leur démolition,
  • ils ne permettent pas le développement d’activités locales, puisque produits dans des industries centralisées,
  • ont engendré une perte de savoir-faire chez nos artisans, devenus peu à peu simples poseurs.

Mousse polyuréthane – Volet PVC – Agglomérés de béton

Le XXème siècle a cependant été le siècle de la recherche de confort toujours supérieur. A la suite, le XXIème siècle se doit de poursuivre cette démarche, tout en cherchant à revenir à un mode de construction plus sain et local, en un mot : éco-responsable.

Agir

Les réglementations vont très prochainement nous pousser à agir. Après les Règlementations Thermiques 2005 et 2012, la Réglementation Environnementale 2020 arrive, plus ambitieuse encore. Il va falloir s’y plier. Plutôt que de la subir en essayant de tordre nos projets habituels pour les y faire rentrer, Vivement Bientôt Architecture préfère prendre les devants. Là, l’architecture vernaculaire peut nous apporter ses savoirs, et nous aider à :

  • Concevoir des projets permettant le captage du maximum d’apports solaires en hiver, et un bon confort d’été sans surchauffe.
  • Mettre en œuvre des matériaux naturels ou biosourcés, à l’image des architectures vernaculaires. Vincent Biberon a suivi en 2019 une formation en ligne, à retrouver ici.
  • Proposer des modes de chauffage à base de ressources naturelles et renouvelables : bois, soleil, chaleur du sous-sol, Bio-gaz.

Les dernières avancées technologiques nous aident aussi :

  • Pompes à chaleur, ballons d’eau chaude thermodynamiques, isolants à base de fibres textiles recyclées : le matériel et les matériaux évoluent continuellement, il faut se saisir de ces évolutions – tout en y faisant le meilleur tri possible entre vraies avancées et futures catastrophes sanitaires.
  • Évolution constante des logiciels de calcul et de simulation des consommations de nos bâtiments.
  • Tests de résistances au feu des matériaux naturels, comme ceux pratiqués sur la paille qui permettent de réhabiliter ce matériau grâce aux preuves avancées sur ses qualités.
  • Tests de mesures dans le bâtiment : C.O.V.s, défauts d’isolation mesurés à la caméra thermique par exemple, qui permettent de cibler les améliorations possibles.

Caméra thermique – Essai d’incendie sur façade paille – Calcul de déperdition thermique d’une paroi vitrée

En faisant appel à Vivement Bientôt Architecture, vous vous engagez auprès de l’architecte à agir pour notre planète, celle qui nous fait vivre et qui devrait pouvoir continuer à faire vivre nos enfants !

Retrouvez Vivement Bientôt Architecture sur la liste des professionnels référencés par l’ADEME sur sa plateforme internet FAIRE.fr.